Accès direct au contenu

Recherche avancée

Université Toulouse II-Le Mirail


Le projet « Structurations des Mondes Sociaux » (SMS) décroche le label « LabEx » (LABoratoire d’EXcellence)

le 17 février 2012

Le LabEx SMS associe des chercheurs de 5 Unités de Recherche de l’Université de Toulouse II-Le Mirail ainsi que des équipes du site toulousain.

Le LabEx SMS associe les laboratoires :

·         LISST
·         FRAMESPA
·         CERTOP
·         Dynamiques Rurales
·         PLH

ainsi que des équipes du site toulousain : le LASSP (IEP Toulouse, sciences politiques), le LEREPS (Université de Toulouse 1, économie) et l’équipe IODA de l’INRA-AGIR (économie). Des membres de l’IRIT (Toulouse 3, INP et CNRS, informatique), du LERASS (Toulouse 3, information et communication) en font également partie.
Le nombre total de chercheurs concernés est de 379 permanents.


Réseaux, régulations, dispositifs, territoires


L’objectif central du LabEx SMS est de développer une conception renouvelée des formes de structuration des mondes sociaux en renforçant la convergence déjà largement amorcée depuis plusieurs années d’une grande partie des équipes et chercheurs de sciences humaines et sociales du site de Toulouse. Cette ambition se justifie par :

1) l’originalité apportée par l’expérience acquise dans les analyses de réseaux, tant sur le plan des méthodes que des cadres d’analyse et des connaissances accumulées,

2) le large éventail de compétences rassemblées au sein du projet :
Les chercheurs impliqués ont en effet en commun des acquis concernant l’étude des réseaux de relations interpersonnelles ou inter-organisationnelles, mais aussi sur les formes de régulation, c’est-à-dire les processus de production de conventions, règles, normes et standards qui structurent les organisations et les politiques publiques, sur les dispositifs matériels qui interviennent dans les interactions sociales, et sur les territoires, considérés comme des structures socio-spatiales cristallisant de façon toujours spécifique des réseaux, des dispositifs et des régulations.

Priorité à la recherche empirique

Ils ont aussi la conviction que la connaissance des mondes sociaux ne peut s’obtenir qu’au moyen de recherches empiriques rigoureuses. Le LabEx SMS a pour objectifs de :
- renforcer les dynamiques existantes par des opérations empiriques de grande ampleur qui nécessitent des moyens importants pour produire une vision réaliste des mondes sociaux,
- affiner un espace théorique et méthodologique permettant d’analyser les différentes formes de structuration des mondes sociaux et de renforcer les enseignements pluridisciplinaires en sciences sociales.

Les chercheurs impliqués dans ce LabEx sont persuadés que la réussite du projet passe par :
- le soutien à de jeunes chercheurs (allocations de thèse et de post-doctorat)
- l’intensification des recherches des enseignants-chercheurs et la diffusion des résultats de recherche dans les cursus à tout niveau (études doctorales, master, licence)
- la mise en place de grandes recherches empiriques (opérations de recherche, ateliers méthodologiques).

La visibilité internationale du projet sera assurée par un accueil régulier de conférenciers étrangers et des séjours de chercheurs du LabEx SMS à l’étranger. Les travaux conduits au sein de SMS seront traduits dans diverses langues.

La position des chercheurs du LabEx SMS sur l’excellence, l’attractivité...

L’excellence par la dynamique collective et la pertinence des résultats
Si nous sommes soucieux de la visibilité de nos travaux, nous mettons en priorité la qualité d’ensemble des recherches produites et notre capacité à produire des résultats dont la pertinence doit s’affirmer dans la durée à l’épreuve du débat scientifique. La conception de SMS bénéficie en effet de l’expérience de certains d’entre nous en sociologie et histoire des sciences. Le phénomène bien connu de concentration sur une petite proportion des auteurs des publications et de la visibilité scientifique, que l’on baptise en général « loi de Lotka »[1], relève d’un phénomène classique du monde social qui est la tendance au cumul des avantages.

Selon nous, les chercheurs les plus cités sont la partie la plus visible d’un immense travail collectif réalisé par l’ensemble de la communauté scientifique. Si l’on coupait cette « élite » de sa « base », elle s’étiolerait très rapidement. Nous considérons donc que l’excellence n’est pas la caractéristique d’une élite de chercheurs plus connus que leurs collègues, mais la qualité d’ensemble de la recherche d’un site, d’une région ou d’un pays. C’est pourquoi le LabeEx SMS n’impliquera pas des chercheurs sélectionnés uniquement sur la base de leur visibilité scientifique, mais ceux qui se mobiliseront autour des problématiques que le projet vise à développer. La liste des participants n’est pas figée mais elle est au contraire destinée à intégrer tous ceux qui joindront leurs efforts à ceux qui initient le projet.

Le choix de la recherche empirique et de la mobilisation des enseignants-chercheurs

Nous faisons le pari que l’accroissement de la production du LabEx passe premièrement par le soutien à de jeunes chercheurs, d’où l’accent mis sur les allocations de thèse (4 par an, soit 20 lancées durant les 5 premières années) et de post-doctorat (3 par an, soit 15 durant les 5 premières années), deuxièmement par l’intensification des recherches des enseignants-chercheurs, d’où la présence d’une ligne consacrée au financement de décharges d’enseignement (3 plein-temps de décharge par année du projet), et troisièmement par la mise en place de recherches empiriques, ce qui se traduit dans le projet par des opérations de recherche ambitieuses, des financements de projets émergents et des ateliers méthodologiques (500 000 euros par an consacrés à ces opérations). Nous inviterons aussi très régulièrement des conférenciers étrangers pour de courts séjours (1 semaine à 1 mois). Pour des invitations plus longues, nous nous appuierons sur les dispositifs existants (professeurs invités des universités, chaires d’excellence de la région, accueil de chercheurs étrangers au CNRS). Nous soutiendrons aussi les courts séjours à l’étranger de chercheurs impliqués dans le projet. Nous soutiendrons activement la traduction dans diverses langues étrangères des travaux conduits au sein de SMS afin de favoriser leur reconnaissance internationale.

L’attractivité par la mise en réseau
Comme des dispositifs d’invitation sur des chaires de prestige existent déjà dans la région Midi-Pyrénées (chaires Pierre de Fermat du Conseil Régional), nous avons décidé de miser sur des dispositifs favorisant la venue de jeunes chercheurs (les allocations de thèses et de post-doctorat seront largement ouvertes aux chercheurs non locaux) et les séjours de courte durée (de 1 semaine à 3 mois maximum), soit de chercheurs étrangers dans un des établissements impliqués dans le projet, soit de chercheurs de SMS dans des établissements étrangers. Notre objectif majeur est d’accroître le plus possible l’insertion des chercheurs du projet dans des réseaux internationaux. Tous les deux ans, des journées SMS seront organisées pour rendre compte des avancées réalisées dans le projet aussi bien auprès de la communauté académique que des partenaires et du public.

Une dynamique d’entraînement
Le LabeEx SMS est conçu pour maximiser sa fonction d’entraînement. S’il est porté par un groupe de chercheurs particulièrement impliqués dans sa conception et sa mise en œuvre, il a vocation à accueillir les chercheurs des unités de recherche impliquées qui contribueront significativement aux recherches engagées. Le Conseil d’Administration composé principalement des responsables d’unités de recherche et des vice-présidents recherche des établissements concernés joue ici un rôle central en incarnant cet ancrage. Son rôle est précisément de veiller à ce que SMS reste un outil de dynamisation de l’ensemble de la recherche en sciences humaines et sociales du site.

En savoir plus :

Téléchargez le dossier du LabEx SMS [PDF - 616 Ko]

Contacts : michel.grossetti@univ-tlse2.fr ou : (+33) 5 61 50 36 69

[1] Lotka Alfred J. (1926). "The frequency distribution of scientific productivity". Journal of the Washington Academy of Sciences 16 (12): 317–324.



Je recherche d'une actualité

Je recherche d'une actualité