Accès direct au contenu

Recherche avancée

Université Toulouse - Jean Jaurès


Recherche

Le théâtre hors de lui : performance et politique sur les scènes hispaniques contemporaines

du 22 novembre 2018 au 24 novembre 2018

Colloque international organisé par le laboratoire LLA CREATIS

Le présent colloque porte sur les modalités d’articulation du performatif et du politique, particulièrement dans les arts du spectacle actuel en Espagne. Il semble, en effet, que l’ère postmoderne, que sous-tendait une certaine forme de désabusement, ait fait long feu, pour faire place à un nouveau
questionnement sur la politicité de l’art, renouant ainsi avec le rôle que s’assignaient les pionniers de la performance dans les années 1960 et 1970. En écho à ces avant-gardes, un certain radicalisme refait actuellement surface, cherchant à dévoiler les nouvelles formes de la domination, et donc de l’oppression, au risque, toujours présent, de souscrire à une posture réactionnaire qui fait du spectateur un être ignorant qu’il faudrait éclairer (Rancière).

Il s’agira donc d’observer ces formes performatives inédites pour préciser la manière dont, selon les cas, elles provoquent, invoquent, convoquent ou invitent le politique. Les nouvelles critiques de la polis revisitent-elles les formes anciennes du politique (transgression morale, contenus idéologiques, contestataires, engagés, militants, posture épique avec son narrateur, stratégies de mise à distance, recours au reportage et au document, agitation, provocation, propagande…) ou proposent-elles de nouvelles formes de dénonciation sociale, en phase avec les grands enjeux sociétaux nés des récentes révolutions numérique et environnementale ? Si le théâtre postdramatique (Lehmann) avait fait le choix d’un ordre symbolique caractérisé par une hyperprésence scénique, assiste-t-on à une renaissance de la représentation au coeur du performatif, à une (re)mise à distance favorisant a priori l’impact critique des propositions artistiques? Distingue-t-on un retour de l’horizon fictif, qui mobiliserait en profondeur l’imaginaire des spectateurs ? Entre la performance artistique entendue comme l’instantanéité de la chair vide de signification (une vacuité qui permet peut-être à chacun de la remplir de sens) et celle qui fait le choix de l’agitation politique dans l’espace public, le corps fait-il encore fonction de lanceur d’alerte ? Comment se renégocient les rapports entre la performance et le politique à l’heure de l’esthétique relationnelle, qui invite à penser la manière dont l’art produit de nouvelles relations sociales ? Ces nouvelles relations sociales font-elle politique ? Comment se trouve aujourd’hui bousculé l’habitus hypernormé du corps social ? La performance sert-elle la politique ou contribue-t-elle à la mettre en perspective critique ?

Les communications s’inscriront dans cet espace de questionnements, qui va de l’esthétique post-moderne aux nouvelles formes de politicité dans le champ de la performance artistique, en particulier dans l’aire hispanique contemporaine.

Contact :
E Garnier - F Corrons - A. Albuin

Je recherche une actualité

Je recherche une actualité