Accès direct au contenu

Recherche avancée

Université Toulouse - Jean Jaurès


Medellín/Toulouse : imaginons le campus du futur !

le 2 octobre 2018

Deux collègues de l’Université pontificale bolivarienne de Medellín (Colombie) ont présenté aux chercheurs du LISST-Cieu les avancées de leur projet expérimental de campus durable « Smart City Lab». Où quand l’université devient le laboratoire du futur.

IMG_2498.JPG

IMG_2498.JPG

Idi Amin Isaac Milan et Gabriel Jaime Lopez sont tous les deux enseignants chercheurs de l’UPB, ingénieurs en énergie et thermodynamique, et exercent leurs activités sur le campus de Medellín.

Cette université, forte de 30 000 étudiants, s’est engagée depuis une demi-décennie dans un projet ambitieux de campus innovant et écologique.

Aujourd’hui, l’UPB peut se targuer de figurer parmi les universités d’Amérique du Sud les plus en pointe en la matière. Elle a été fortement soutenue par la ville et par les pouvoirs publics colombiens, grâce au projet Medellinnovation, qui a notamment pour objectif de promouvoir et coordonner les politiques de soutien à la recherche.

Le campus de Medellín, seul poumon vert de la ville, est parti, en 2012 du constat des problèmes environnementaux rencontrés sur ce périmètre restreint de 20 hectares pour faire germer l’idée d’un campus intelligent. Et pourquoi pas demain une ville intelligente et durable pour les futures générations ?

Les chercheurs ont été au centre de cet élan. L’université s’est ainsi progressivement dotée de générateurs solaires. Ce dispositif permet de recueillir l’énergie de plus de 1000 arbres !


Medellín, un campus ultra-connecté et éco-friendly (Foto cortesia UPB)

Le campus dispose aussi de capteurs météo avec un centre de contrôle automatisé.

Ont également été développées les mobilités douces (voitures et vélos électriques), la biodigestion pour recycler les déchets.

De fait, ce campus est devenu un laboratoire de recherche grandeur nature et in vivo sur les objets connectés.


Des capteurs high tech (Foto Cortesia UPB)

Aujourd’hui, l’apport des sciences humaines via l’interface avec le citoyen est vitale, comme l’explique Idi Amin Isaac Milan. L’éducation à la culture citoyenne doit être au cœur du projet.

Raison supplémentaire pour le LISST-Cieu (laboratoire UT2J/CNRS) de s’intéresser au projet, lui qui est fortement impliqué aux côtés de laboratoires de l’Université Paul Sabatier dans le projet néOCampus toulousain.

L’objectif de nos pionniers colombiens est désormais d’étendre leur modèle à l’international. Première étape : Quito en Equateur. Et Toulouse, demain ?


Type :
UT2J - A la une 1

Je recherche une actualité

Je recherche une actualité