Accès direct au contenu

Recherche avancée

Université Toulouse - Jean Jaurès


Zoom

Collection Colibri, des ouvrages jeunesse spécialement conçus pour les enfants dyslexiques

Des chercheures du laboratoire Octogone-Lordat participent au projet, œuvrant ainsi à rendre la lecture accessible à tous

ill-dys_1484918027101-jpg.jpg

ill-dys_1484918027101-jpg.jpg

Tout commence lorsque Marie Mazas, directrice de collection aux Editions Belin, sollicite les chercheurs de l’Université Toulouse – Jean Jaurès et leur expertise en science du langage. En effet, la maison d’édition publie depuis de nombreuses années des ouvrages scolaires et éducatifs, mais souhaite développer une collection adaptée aux enfants présentant une dyslexie développementale.

Motivée par le caractère utile de ce projet, une équipe scientifique se constitue rapidement pour répondre à cette demande. Elle se compose de trois membres de l’Unité de recherche Interdisciplinaire Octogone-Lordat : Christiane Soum-Favaro et Mélanie Jucla, toutes deux maitres de conférences en science du langage et Clara Solier, doctorante en science du langage également. Elles collaboreront aussi avec Caroline Delatre, directrice d’école spécialisée dans les troubles DYS. Ensemble, elles mènent une réflexion commune, riche d’apports scientifiques et d’expériences de terrain ; et proposent deux outils d’aide à la rédaction, à destination d’auteurs de littérature jeunesse afin qu’ils puissent construire des histoires avec de vraies intrigues, accessibles aux enfants dyslexiques.

Premièrement, la charte « Contribution scientifique et pédagogique à la collection Colibri (Belin), l’ami des DYS. Quelles consignes pour rendre la lecture accessible aux DYS ? » a été rédigée. Elle comprend un ensemble de recommandations psycholinguistiques précises à l’attention des auteurs, structuré en 4 niveaux de progression. Par exemple, au niveau des conversions graphèmes-phonèmes (relations entre les unités de l’oral et de l’écrit), elle préconise d’utiliser une correspondance seulement entre un son et son écriture, dans un récit, et de la répéter plusieurs fois au fil du texte pour aider à la mémorisation.
La charte comprend aussi des conseils pour la composition syntaxique, sur l’usage de la conjugaison mais aussi sur des éléments de présentation visuelle et illustrative (police, espacement des paragraphes, place des illustrations…) pour faciliter la lecture.
Des boites à mots constituent le deuxième outil proposé. Les auteurs peuvent ainsi puiser dans ces boites et trouver le vocabulaire le plus adapté à ce public, pour chaque histoire.

Rapidement adoptés par les Editions Belin, la charte et les boites à mots ont été remises aux auteurs, qui rédigent maintenant leurs textes en fonction et les font corriger par les chercheures. Au mois d’octobre dernier, les quatre premiers ouvrages adaptés aux enfants dyslexiques ont été publiés, rédigés par des auteurs de renom comme Timothée de Fombelle, Agnès de Lestrade et Fabrice Colin notamment. Quatre autres livres sont à paraitre, 54 publications sont envisagées au total.

Mêlant à la fois des savoirs scientifiques actuels et la créativité artistique, ce projet de collection est une grande première, profitable à de nombreux enfants pour qui l’apprentissage de la lecture se faisait habituellement dans la douleur. Une expérimentation, menée auprès d’une cinquantaine d’enfants dans des classes et des cabinets d’orthophonistes, s’est révélé particulièrement positive.
Un très bel exemple de collaboration !
 


Je recherche un article

Je recherche un article