Accès direct au contenu

Recherche avancée

Université Toulouse - Jean Jaurès


Communiqué de presse de Richard Laganier, administrateur provisoire de l’Université Toulouse Jean Jaurès

le 9 mai 2018

En date du 9 mai 2018.

L’ordonnance rendue par le tribunal administratif la semaine dernière, a conduit ce jour à l’intervention des forces de l’ordre sur le campus Mirail de l’Université Toulouse - Jean Jaurès. Je salue le professionnalisme des forces de l’ordre qui a permis une intervention rapide, dans le calme et sans incident.

Cette intervention n’était pas l’issue que je privilégiais. Je souhaitais que puissent se conjuguer à la fois des lieux de débats et la poursuite de nos activités universitaires, qui sont à l’arrêt quasi total depuis plusieurs semaines. En effet, depuis la fin de l’année dernière, l’université traverse une crise institutionnelle sans précédent. J’ai pris mes fonctions dans ce contexte difficile et je n’ai eu de cesse d’engager les échanges dans une volonté d’apaisement et de sortie de crise.

Je regrette que le dialogue n’ait pas permis d’avancer vers un déblocage et que la situation en soit arrivée à un point critique.

La recrudescence des tensions, des comportements à risque (déplacements sur les toits des bâtiments, intrusion dans le local des compteurs électriques, escalades de façades…) et des dégradations (tags, casse…) laissait craindre pour la sécurité des biens et des personnes. Parallèlement, les attentes d’une large partie de la communauté étaient très fortes pour reprendre ses activités ; certains, exaspérés, m’ayant très clairement exprimé leur volonté d’aller débloquer par eux-mêmes les bâtiments.

Aujourd’hui notre objectif est de libérer les locaux, bureaux et salles de cours, afin de reprendre les activités pédagogiques, administratives et de recherche, et de finaliser l’organisation des examens.

C’est la raison pour laquelle j’ai pris un arrêté de fermeture administrative du campus Mirail. Nous avons besoin de temps pour procéder au déblocage des entrées des différents bâtiments obstrués par des tables et des chaises. Nous allons également procéder à un inventaire précis des dommages engendrés par le blocage et l’occupation des locaux, afin d’étayer les dossiers de plainte déposés.

Plusieurs jours seront nécessaires pour dresser cet état des lieux exhaustif et permettre un retour à la normale de l’université. Cela nous amènera très probablement à revoir à la hausse les estimations actuelles de 400 000 euros de dégradations. Certains bâtiments comme l’Arche et l’Accueil, très fortement dégradés, resteront fermés jusqu’à nouvel ordre. Pour mémoire, l’intégralité du campus a fait l’objet d’une reconstruction au cours des 10 dernières années, pour un investissement de l’Etat et des collectivités locales de 320 millions d’euros.  

Je souhaite que le personnel et les étudiants puissent réinvestir les lieux dans les conditions de sécurité requises. Aussi des renforts de personnels assureront la sécurité des biens et des personnes sur le campus au cours des prochains jours.

Ensemble, nous devons désormais travailler au redémarrage de l’établissement qui passe, au-delà du temps nécessaire à la remise en état matérielle du campus, par un effort collectif de reconstruction d’une communauté très divisée et mise à mal ces derniers mois. Cela demandera du temps, de la patience, de l’écoute et de la bienveillance de toutes et tous.

J’y prends toute ma part. Je me suis engagé auprès des personnels et des étudiants à ce que les activités pédagogiques puissent reprendre dans les meilleurs délais. Cela permettra aux étudiants de compléter les cours du second semestre et de passer leurs examens. La première session se tiendra à partir du 11 juin, et la session de rattrapage, à compter du 3 septembre.

Par ailleurs, le déblocage de l’université va nous permettre de reprendre la gestion administrative et financière jusqu’alors à l’arrêt. Nous allons donc pouvoir procéder à la mise en paiement de nos fournisseurs et lancer des recrutements pour la rentrée prochaine. La rémunération des vacataires enseignants et étudiants sera parmi les premiers dossiers traités.

Richard Laganier, administrateur provisoire de l'Université Toulouse - Jean Jaurès

 

Type :
UT2J - A la une 1

Je recherche une actualité

Je recherche une actualité