Accès direct au contenu

Recherche avancée

Université Toulouse - Jean Jaurès


Communiqué de presse de Richard Laganier, administrateur provisoire de l’Université Toulouse Jean Jaurès

le 22 mai 2018

Suite à la journée du 22 mai 2018, date de reprise sur le campus Mirail.

A l’issue de la période de fermeture administrative, j’ai souhaité que les personnels de l’Université Toulouse – Jean Jaurès puissent réinvestir progressivement ce mardi 22 mai leur lieu de travail, avant de pouvoir de nouveau recevoir les étudiants à compter de jeudi.

C’est cette même attention au cadre de travail qui m’a amené à mettre en place un dispositif pragmatique afin de préserver la sécurité des biens et des personnes, dont certaines ont été traumatisées par deux mois de conflit dur, et de garantir une reprise durable. Aussi, 70 personnels sont en charge de garantir la sécurité sur le campus.

Ce mouvement a démontré que si les revendications des personnels et étudiants mobilisés pouvaient tout à fait être légitimes, les moyens d’action choisis, le blocage et l’occupation des locaux ont eu des effets délétères pour tous et pour notre institution.

J’ai prôné depuis le début, respect et du droit de grève et du droit au travail. Force est de constater que je n’ai pas été entendu.

Ainsi, je souhaite prévenir tout blocage. Je me dois d’être vigilant aujourd’hui afin d’assurer une fin d’année universitaire sereine pour les personnels et les étudiants afin de leur permettre de valider leur année.

Concernant plus précisément les événements de ce matin, une bousculade a eu lieu pendant une trentaine de minutes, entre 9h30 et 10h, impliquant une cinquantaine de personnes qui n’ont pas accepté le dispositif de sécurité mis en place.

Ce groupe était composé de personnels, étudiants,  mais aussi personnes extérieures à l’établissement. Il semblerait qu’ils aient poussé les barrières mises en place, provoquant un mouvement avec le service de sécurité qui a remis en place les barrières.

Contrairement à ce qui est affirmé, aucun coup de matraque n’a été donné, pas d’attaques de chiens ou de tazer utilisé. Le personnel de sécurité présent aurait été invectivé, bousculé et filmé à son insu.

Il y aurait eu une étudiante légèrement blessée et je le regrette. Nous ferons toute la lumière sur cet événement.

Nous avons reçu un groupe de représentants syndicaux (étudiants et personnels) pour dialoguer avec eux.

Je poursuivrai le dialogue, même si j’ai pu comprendre de nos échanges que certains auraient l’intention de rebloquer tout ou partie du campus dès jeudi.

 Il n’y aura donc pas d’amphithéâtre ouvert pour éviter tout débordement et toute occupation, qui ont conduit à des dégradations inadmissibles notamment dans l’Arche et dans le bâtiment Accueil.

Le dispositif de sécurité est maintenu pour assurer la sécurité des biens et des personnes mais sera adapté jeudi compte tenu du nombre d’usagers amenés à regagner le campus.

Nous avons un devoir de responsabilité vis à vis de notre mission de service public et de la très grande majorité des étudiants qui souhaitent passer leurs examens.


Type :
UT2J - A la une 1

Je recherche une actualité

Je recherche une actualité