AN00904V - Adossement recherche et séminaire de linguistique

Accessible en Formation à distance
Semestre Premier semestre
Crédits ECTS 3
Volume horaire total 25

Langue(s) d'enseignement

Anglais, Français

Responsables

Patrice LARROQUE

Pré-requis

 Titulaires d’une licence d’anglais

Contenu

Partie 1 : « Modalité » - Patrice Larroque

L’impossible, le possible, le contingent, le nécessaire dans une proposition sont autant de nuances exprimées par la modalité et notamment les auxiliaires modaux. Ce sont des formes verbales qui permettent de « moduler » le discours. En employant ces formes, l’énonciateur signifie un degré de prise en charge de son assertion, il apprécie la portée assertive de la prédication. Le degré d’actualisation (ou de désactualisation) dépend donc de l’attitude de l’énonciateur vis-à-vis d’elle. Cette relation de dépendance subjective tend à modifier la portée de l’assertion, pour ainsi dire à la virtualiser. La virtualisation permet en fait de « travailler » sur les possibilités (ou impossibilités) de réalisation, d’actualisation d’un contenu discursif, de hiérarchiser, de focaliser et peut-être aussi de jouer sur les effets de sens.

A propos des auxiliaires de modalité on opposera deux emplois : épistémique (qui porte sur la totalité de la relation prédicative) et radical (qui relie le sujet au prédicat).

Lorsque dans certains parlers régionaux on observe des constructions qui permettent deux auxiliaires modaux consécutifs, par exemple I mightcouldbe able to visitlater on, sheshouldn’tought to behere, on songe effectivement à cette double fonction épistémique et pragmatique qui caractérise les auxiliaires de modalité. En plus du British National Corpus¸ le corpus utilisé sera constitué d’exemples relevés dans l’ouvrage de Hughes et TrudgillBritish Accents and Dialects(1996) et dans des instances informelles (conversations, dialogues, etc.).

Partie 2 : « Modalisation du discours » - Blandine Pennec

Dans le prolongement de cet examen de la modalité, c’est aussi la notion plus large de modalisation du discours qui sera étudiée. Cette dernière sera entendue au sens de l’ensemble des commentaires subjectifs qui peuvent être effectués sur le discours en train de se faire. Autrement dit, cette notion de modalisation du discours sera reliée à la question de la méta-énonciation. Seront notamment examinés des marqueurs de discours tels que I mean, you know, yousee, ou encore mindyou. Les fonctions intersubjectives associées à ces séquences feront l’objet d’une attention toute particulière. Parallèlement, sera menée une étude d’expressions métalangagières permettant de commenter le propos, en focalisant particulièrement soit le signifiant, soit le signifié, ou encore l’alliance des deux. Seront ainsi examinées des expressions telles que so to speak, I almostsaid, if you’ll pardon the expression ou encore whatwecould call X. Une fois de plus, la co-énonciation et le regard réflexif porté sur le dire sont à l’œuvre et feront l’objet d’analyses approfondies. Seront enfin examinés des segments parenthétiques permettant, à la faveur d’un changement de plan énonciatif, de commenter le fil principal du discours grâce à un fil supposément secondaire. Les éventuels renversements de hiérarchie et les jeux discursifs et rhétoriques pouvant se greffer sur ces modalisations à caractère parenthétique seront particulièrement mis en lumière. Les corpus utilisés dans le cadre de ce cours seront le British National Corpus et le Corpus of Contemporary American English. L’objectif pédagogique de ce cours est de fournir aux étudiants des outils d’analyse au service de la recherche en linguistique, mais aussi en littérature et civilisation. Les notions et marqueurs concernés favorisent en effet l’examen de la structuration interne et des effets pragmatiques des textes et des discours, que ces derniers soient écrits ou oraux.

Bibliographie

Partie 1 :

Denison, D., « Combining English Auxiliaires ». In: O. Fisher, A. Rosenback, and D. Stein (eds) Pathways of Change: Grammaticalization in English. (Studies in Language Companion Series 53). Amsterdam & Philadelphia: John Benjamins, 1998.

Huddleston R. & G. Pullum, The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.

Hughes, A. & P. Trudgill,British Accents and dialects (3rdedn.). London: Arnold, 1996.

Larroque, P., « Les double modaux anglais, témoins d’un changement de  catégorie »,  Anglophonia28, 117-134. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2010.

Larroque, P., Introduction à l’anglais non standard, Ch.5. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Partie 2 :

Authier-Revuz J., « Méta-énonciation et comparaison : remarques syntaxiques et sémantiques sur les subordonnées comparatives de modalisation autonymiques », Faits de langue, 5, Comparaison, reformulation, métaphore, p. 183-192, 1995.

Brinton L. J., The Comment Clause in English. Syntactic Origins and Pragmatic Developments. Language, 86, 1, Cambridge University Press, Cambridge, 2008.

Fraser B., “Towards a Theory of Discourse Markers”, dans K. Fisher (dir.) Approaches to Discourse Particles, Oxford et Amsterdam, p. 189-205, 2006.

Ranger G., « MIND YOU: an enunciative description », Anglophonia, French Journal ofEnglish Linguistics, 19, 2015, URL : http://anglophonia.revues.org/534 ; DOI : 10.4000/anglophonia.534.

Schiffrin D., Discourse Markers, Cambridge University Press, Cambridge, 1987.

Traugott E. C., « Subjectification in grammaticalization », dans D. Stein et S. Wright (dir.), Subjectivity and subjectivization: Linguistic perspectives, Cambridge University Press, Cambridge, p. 38-39, 1995.

Contrôles des connaissances