Discipline(s) : Arts- Lettres- Langues

AN0B802V - Regards croisés sur littératures et linguistiques du monde anglophone

Accessible en Formation à distance
Semestre Second semestre
Crédits ECTS 6
Volume horaire total 50

Langue(s) d'enseignement

Anglais, Français

Responsables

Henri Le Prieult

Pré-requis

Validation de la L3 d'anglais

Contenu

Module (1) “Languages on the historical stage”
Responsable du module: Henri Le Prieult

Premier volet : “Language, Diplomacy and the Early Modern Stage : Brexit, a Prequel?” (enseignante : N. Rivère de Carles)
En étroite association avec la seconde partie du cours sur la conception et la formation de la langue anglaise dans une perspective territoriale, ce premier volet propose d’étudier le rapport à la langue et à l’identité nationale anglaise puis britannique en construction à travers le prisme de représentation des altérités linguistiques et politiques que sont les ambassadeurs sur les scènes théâtrale et historique. Il s’agira d’explorer la représentation de l’autre géopolitique et d’étudier l’impact de cette représentation sur une construction de l’identité politique dans une tension permanente entre adhésion au et rejet du continent. L’étude de diverses pièces de William Shakespeare et de ses contemporains mettant en jeu des évènements historiques médiévaux et renaissants et de leur réception à l’époque par des personnages politiques tels que Elisabeth I ou Jacques Ier, leurs ministres des affaires étrangères et leurs espions en chef ainsi que les ambassadeurs des pays du continent européen sera l’occasion de s’interroger sur la forme et l’argumentaire sous-tendant la création d’une identité nationale a contrario. L’observation du contenu et de la forme du discours diplomatique et du multilinguisme dans les pièces renaissantes permettra de se pencher sur les notions d’exception et d’exceptionnalisme tant d’un point de vue esthétique et linguistique qu’historique et philosophique. L’étude aura aussi pour but d’interroger le contexte actuel du Brexit en termes esthétiques et historiques et donnera lieu à une mise en perspective des travaux sur la Renaissance avec des documents contemporains (adaptation de pièces théâtrales, discours politiques et travaux historiques).

Deuxième volet: “Who hanged Thomas Bullokar? A historical inquiry into the birth of the English grammatical tradition” (enseignant: H. Le Prieult)
Il est désormais avéré que la tradition grammaticale anglaise provient d'un transfert tardif de la tradition gréco-latine (Auroux 1994). Les premiers ouvrages connus, peu nombreux, datent de la fin du XVIème et du XVIIème siècles (de Bullokar 1586 à Lane 1700). Ils sont le résultat de spéculations relativement isolées, émanant d'individus socialement et géographiquement assez éloignés (un pasteur, un médecin de campagne, un ancien militaire, un imprimeur, le membre d'une académie, un précepteur de province, etc.). Après un rappel du cadre historique qui a vu fleurir cette production inédite (Réforme, révolution de l'imprimerie, Renaissance du latin, etc.), il sera proposé aux étudiants de se joindre à une enquête qui tendra à comprendre pourquoi et comment des individualités aussi variées et contrastées ont entrepris une tâche historique et capitale qui a conduit à fonder la tradition grammaticale britannique sur près de 150 ans. Les hypothèses de l'enquête et les premiers résultats seront partagées, et les étudiants amenés, grâce au séminaire, à un niveau d'autonomie méthodologique suffisant pour entreprendre une tâche précise qui permettra de contribuer à la reconstitution historique et sociale (directe ou par analogie) de cette entreprise fondatrice, dont ne nous restent que quelques écrits. Chaque promotion contribuera ainsi à faire avancer d'un pas supplémentaire cette enquête historico-socio-épistémologico-linguistique.

Corpus cible :
John HART. 1551. The opening of the unreasonable writing of our English toung.
Richard MULCASTER. 1582, The First Part of the Elementarie.
COOTE 1596, The English Schoole-maister.
William BULLOKAR. 1586, Pamphlet for Grammar.
Paul GREAVES. 1594, Grammatica Anglicana.
Alexander HUME. 1617. Orthographie and Congruitie of the Britan Tongue.
Alexander GILL. 1619/1621. Logonomia Anglica.
HEWES 1624, A Perfect Survey.
Charles BUTLER. 1633, The English Grammar.
Ben JOHNSON. 1640, The English Grammar.
Joshua POOLE. 1646, The English Accidence.
Christopher LODOWYCK. 1647, A Common Writing.
Christopher LODOWYCK. 1652, The Ground-Work.
John WALLIS. 1653, Grammatica Linguae Anglicanae. (transl. Kempf 1972)
Jeremiah WHARTON. 1654, The English Grammar.
BECK 1657, The Universal Character.
DALGARNO 1661, Ars Signorum.
James HOWELL. 1662, A New English Grammar.
WILKINS 1668, An Essay towards a Real Character.
John NEWTON. 1669, School Passtime.
LEWIS 1670, Essay to Facilitate the Education of Youth.
Thomas LYE. 1671, The Child's Delight.
NEWTON 1677, The English Academy.
Christopher COOPER. 1685, Grammatica Linguae Anglicanae.
BLOME 1686, The Gentleman's Recreation.
Christopher COOPER. 1687, The English Teacher.
Guy MIEGE. 1688, The English Grammar.
CLARE 1690, A Compleat System of Grammar.
Joseph AICKIN. 1693, The English Grammar.
A. LANE. 1695, A Rational & Speedy Method.
BROWN 1700, The English School Reformed;.
A. LANE. 1700, A Key to the Art of Letters.


Module (2): « Edwardian Fiction and Politics : Liberalism and its discontent 1900-1910 »
1 TD de littérature (2h par semaine pendant 12 semaines ; total : 24h)
Responsable du module: Philippe Birgy
La critique a souvent fait peu de cas de la littérature édouardienne, l’envisageant comme une simple transition entre le grand roman réaliste victorien et la révolution du roman moderniste. Depuis quelques années, certains travaux s’attachent à souligner les spécificités stylistiques et politiques du roman édouardien, ni post-réaliste ni pré-moderniste. Ses interrogations du Naturalisme et du Libéralisme (aux sens politiques, philosophiques mais aussi esthétiques) sont ainsi perçues comme une période capitale de l’histoire du roman britannique.
Au sens strict, la période Édouardienne n’aura duré qu’une courte décennie. C’est pourtant une époque charnière qui a la densité et la complexité contradictoire d’un temps de transition. Sa littérature hérite des responsabilités de celle qui la précède : fonction sociale de transmission des valeurs et d’exposition des composantes de la société. Ainsi D. H. Lawrence témoigne dans ses premières œuvres de son ancrage dans le milieu ouvrier. Arnold Bennett rend compte dans Anna of the Five Towns des pressions culturelles et religieuses qui s’exercent sur une jeune femme. H. G. Wells brosse dans Anna Veronica un tableau de l’activité féministe qui marque le début du vingtième siècle. Bernard Shaw met en scène les déterminations sociales et langagières dans Pygmalion. E.M. Forster évoque dans Howard’s End la part de liberté individuelle à laquelle ses contemporains peuvent prétendre. James Joyce, héritier de la tradition réaliste du dix-neuvième siècle, dépeint dans Dubliners les contraintes qui pèsent sur ses concitoyens irlandais.
On proposera aux étudiants un panorama critique de cette littérature peu connue en problématisant la réflexion autour de la notion d’écriture libérale. L’objectif méthodologique majeur consistera donc à apprendre à s’emparer de théorie philosophique ou politique pour mieux appréhender les enjeux éthiques et esthétiques de l’œuvre littéraire. Le séminaire sera adossé aux travaux de l’axe 3, « Constructions de l’individu et du collectif », et plus particulièrement au
programme « Constructions de la démocratie ».



Bibliographie

Module (1) “Languages on the historical stage”
Sources primaires :
William Shakespeare, Henry V (1599)
Thomas Heywood, If you know not me you know nobody part 1 and 2 (1605)
Thomas Middleton, A Game at Chess (1624)

Sources Secondaires:
Ann Baynes Coiro and Thomas Fulton, Rethinking Historicism From Shakespeare to Milton (Cambridge, CUP, 2012)
Peter Burke, Language and Communities in Early Modern Europe (2004),
Stuart Elden, Shakespearean Territories (London: University of Chicago Press, 2018)
Andrew Griffin,’Thomas Heywood and London Exceptionalism’, Studies in Philology, Vol. 110, No. 1 (Winter, 2013), pp. 85-114
Timothy Hampton, Fiction of Embassy (Ithaca: Cornell University Press, 2009)
Nathalie Rivere de Carles, Early Modern Diplomacy, Theatre and Soft Power: the Making of Peace (London: Palgrave, 2016)
Aldo Scaglione,The Emergence of National Languages (1984)
John Watkins, After Lavinia: A Literary History of Premodern Marriage Diplomacy (Ithaca: Cornell University Press, 2018)
Ellen Welch, A Theatre of Diplomacy, (University of Pennsylvania Press, 2017)
Chris Wickam, Medieval Europe (Yale University Press, 2016)
Michael Clyne, Multilingualism, in The Handbook of Sociolinguistics, Florian Coulmas ed., Oxford, Blackwell (1997), 2017

Deuxième volet: “Who hanged Thomas Bullokar? A historical inquiry into the birth of the English
AUROUX, Sylvain. 1994. La révolution technologique de la grammatisation. Mardaga : Liège.
BARATIN, Marc et Françoise DESBORDES. 1981. L'analyse linguistique dans l'antiquité classique. 1. Les théories. Paris : Klincksieck.
KOERNER, E. F. Konrad. 1978. Western Histories of Linguistic Thought. An Annotated Chronological Bibliography (1822-1976). Amsterdam : Benjamins.
LAW, Vivien. 2003. The History of Linguistics in Europe from Plato to 1600. Cambridge : Cambridge University Press
MICHAEL, Ian. 1970. English Grammatical Categories and the Tradition to 1800. Cambridge, Cambridge University Press.
ROBINS, Robert Henry. A Short History of Linguistics. London, Longmans, 1967.
MOUNIN, Georges. 1967. Histoire de la linguistique des origines au XXème siècle. Paris : P.U.F.


Module (2): « Edwardian Fiction and Politics : Liberalism and its discontent 1900-1910 »
Un recueil de textes sera distribué aux étudiants en début de cours.

Bennett, Arnold. Anna of the Five Towns. London: Penguin,1975.
E.M. Forster, Howards End. London: Penguin Classics, 2012.
Joyce, James. Dubliners. London: Penguin Classics, 2014.
Shaw, George Bernard. Pygmalion. London: Penguin, 2003.
H.G. Wells. Ann Veronica. London: Penguin Classics, 2005.

Contrôles des connaissances