HI1H501V - La vie dans les campagnes à l'époque médiévale et moderne

Semestre Premier semestre
Crédits ECTS 6
Volume horaire total 50

Responsables

Isabelle Réal (Histoire médiévale)
Emmanuelle Charpentier (Histoire moderne)

Contenu

Histoire médiévale :

A l’époque médiévale, les campagnes constituent le cadre de vie et de travail de l’immense majorité de la population. La terre est en effet la principale source de richesses et les hommes qui l’exploitent les premiers acteurs de l’économie médiévale. Mais au-delà de ces constantes, les campagnes et leurs habitants connaissent au cours des 10 siècles du Moyen Age de profondes transformation, et ceci à tous les niveaux, qu’il s’agisse des structures agraires, des activités agricoles, de la société paysanne et des rapports de force entre puissants et paysans, mais aussi des évolutions démographiques, des formes de peuplement et d’habitats, ou des progrès de la religion chrétienne.
L’intérêt des médiévistes pour l’histoire rurale est ancien, mais les recherches en la matière se sont considérablement renouvelées depuis une trentaine d’années, grâce à une analyse croisée des sources écrites, des apports de l’archéologie et des données environnementales.
Ce cours aura donc pour objectif de présenter les fruits de cette recherche dans la connaissance des campagnes du « premier Moyen Age » (Ve-IXe s.). L’UE 601 (semestre 6) prendra la suite, en traitant de la seconde partie de la période médiévale (Xe-XVe s.).

Histoire moderne :

Loin d'être composées de « villages immobiles », les campagnes sont traversées par de profonds changements à l'époque moderne. Les liens tissés avec les villes, la croissance urbaine et l'affirmation de l’État contribuent à transformer les cadres hérités du Moyen Age que ce soit la famille, la communauté villageoise, la paroisse ou la seigneurie. La capacité d'adaptation des « gens de la campagne » transparaît dans les modifications des techniques agraires, dans le choix des cultures et leur impact sur le paysage. Elle est tout aussi visible dans les stratégies économiques déployées pour subsister au quotidien ou consolider son statut social à une époque où la terre est fortement valorisée. L'alimentation, l'habitat et les objets du quotidien constituent autant d'indicateurs pour appréhender les conditions de vie des uns et des autres. Une vie de labeur pour la plupart, interrompue par des moments de relâchement, fêtes, jeux, veillées par exemple, à l'origine d'une sociabilité spécifique. La guerre, les épidémies et les disettes, voire la famine, ébranlent ce fragile équilibre et montrent la vulnérabilité des sociétés rurales, au moins jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.
Au delà de ces caractères généraux, il s'agit de mettre en avant l'extrême diversité du monde rural à l'époque moderne et son évolution, dans un cadre géographique large : le royaume de France au premier semestre et l'Europe (Îles britanniques, Europe méditerranéenne, Europe centrale et orientale) au deuxième semestre.

Histoire moderne :
Loin d'être composées de « villages immobiles », les campagnes sont traversées par de profonds changements à l'époque moderne. Les liens tissés avec les villes, la croissance urbaine et l'affirmation de l’État contribuent à transformer les cadres hérités du Moyen Age que ce soit la famille, la communauté villageoise, la paroisse ou la seigneurie. La capacité d'adaptation des « gens de la campagne » transparaît dans les modifications des techniques agraires, dans le choix des cultures et leur impact sur le paysage. Elle est tout aussi visible dans les stratégies économiques déployées pour subsister au quotidien ou consolider son statut social à une époque où la terre est fortement valorisée. L'alimentation, l'habitat et les objets du quotidien constituent autant d'indicateurs pour appréhender les conditions de vie des uns et des autres. Une vie de labeur pour la plupart, interrompue par des moments de relâchement, fêtes, jeux, veillées par exemple, à l'origine d'une sociabilité spécifique. La guerre, les épidémies et les disettes, voire la famine, ébranlent ce fragile équilibre et montrent la vulnérabilité des sociétés rurales, au moins jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.
Au delà de ces caractères généraux, il s'agit de mettre en avant l'extrême diversité du monde rural à l'époque moderne et son évolution, dans un cadre géographique large : le royaume de France au premier semestre et l'Europe (Îles britanniques, Europe méditerranéenne, Europe centrale et orientale) au deuxième semestre.


Bibliographie

Histoire médiévale :

J. Cuisenier, R. Guadagnin, Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l’an mil, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1988.
J.-P. Devroey, Économie rurale et société dans l'Europe franque (VIe-IXe siècles). Tome 1. Fondements matériels, échanges et lien social, Paris, Belin, 2003.
J.-P. Devroey, Puissants et misérables. Système social et monde paysan dans l'Europe des Francs (VIe-IXe siècles), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2006.
L. Feller, Paysans et seigneurs au Moyen Age (VIIIe-XVe siècles), Paris, A. Colin, 2007.

Histoire moderne :

ANTOINE, Annie, BOEHLER, Jean-Michel et BRUMONT, Francis, L’agriculture en Europe occidentale à l’époque moderne, Paris, Belin, 2000, 447 p.
GARNOT, Benoît, Les campagnes en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, 1988, 175 p.
La revue Histoire et Sociétés rurales, consultable sur Cairn

Contrôles des connaissances