LM0A113V - Littérature médiévale 2

Semestre Second semestre
Crédits ECTS 3
Volume horaire total 25

Responsables

Philippe Maupeu

Contenu

Une somme allégorique à l’épreuve de l’écriture de soi: Le Livre du Pelerin de vie humaine, de Guillaume de Deguileville
Une nuit de l’an 1330, après lecture du Roman de la Rose, le moine cistercien Guillaume de Deguileville, dans sa cellule de l’abbaye de Chaalis, s’endort et fait un songe. Un miroir lui montre la Jérusalem céleste : lui aussi, il sera pèlerin. Muni du bourdon d’Espérance et de la besace de Foi, sous la garde bienveillante et intermittente de Grâce de Dieu, il part pour un long voyage semé d’embûches, se fourvoie sur la voie des Vices, se perd dans la mer Mondaine, et gagne finalement la nef de Religion… où il ne trouve pas le repos auquel il pensait avoir droit. Cette somme allégorique, œuvre phare du Moyen Age tardif, eut un grand succès aux XIVe et XVe siècles, comme le montre le nombre important d’éditions manuscrites puis imprimées, le plus souvent abondamment illustrées. Le texte est ici étudié dans sa seconde version (1355): l’entreprise didactique et édifiante, servie par un imaginaire visuel particulièrement riche et fécond, y est travaillée par un récit autobiographique larvé, où le moine règle ses comptes avec ses pairs. On abordera le texte sous plusieurs angles, entre autres: les principes, risques et enjeux de l’écriture allégorique; la construction nouvelle d’une figure éthique de l’écrivain de langue vernaculaire au XIVe siècle; la retextualisation des discours encyclopédiques et para-religieux; la fabrique du monde de la fiction; le statut de l’image peinte et de l’image rhétorique.

Bibliographie

Consulter la brochure "Master Lettres" pour connaître les oeuvres au programme...

Contrôles des connaissances