HI1F501V - Pouvoir et contre-pouvoirs

Semestre Premier semestre
Crédits ECTS 6
Volume horaire total 50

Responsables

Thibaud Lanfranchi, Christian Rico et Valérie Sottocasa, Adeline Grand-Clément

Contenu

Histoire romaine :
Formes et pratiques du pouvoir dans la Rome républicaine (IVe s. av. J.-C. – Ier s. avant J.-C.)
Au-delà de la stricte histoire politique de Rome, abordée ici dans le temps long (cinq siècles), le cours se propose de détailler et de comprendre les mécanismes qui ont permis la mise en place du système républicain et se penchera sur les raisons de sa crise, à travers le prisme des questions institutionnelles. Le cours débutera avec la mise ne place de la République dite classique, pour ensuite en venir à sa crise à partir de l’expérience des Gracques : on passera alors en revue la dictature de Sylla ainsi que l’éphémère monarchie césarienne pour analyser l’évolution de la République vers des formes de pouvoir personnel.
 
Histoire moderne: La construction politique de l’absolutisme en France de la fin du Moyen-Âge à la Révolution.
Comment passe-t-on d’une conception encore féodale de la monarchie à l’absolutisme ? Ce cours entreprend de comprendre la mise en place institutionnelle, symbolique et sociale de la monarchie absolue, tout en critiquant les préjugés négatifs que la Révolution a laissés en héritage à la pensée politique contemporaine. Les continuités qui s’établissent entre les pratiques politiques monarchiques et actuelles sont bien plus importantes que ce que l’historiographie libérale l’affirme. Revenir sur l’absolutisme permet de comprendre les fondements politiques et culturels de l’exercice du pouvoir depuis la fin de la féodalité. Seront tour à tour abordées les questions de la construction symbolique du pouvoir, de sa mise en œuvre institutionnelle ainsi que la dynamique humaine (la cour, le roi, les reines…) qui a participé à la construction de l’identité politique de la France.


Bibliographie

J.-M. David, La République romaine, de la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium. 218-31. Crise d’une aristocratie, collection « Nouvelle Histoire de l’Antiquité », 7, Points Histoire, Seuil, Paris, 2000.
K. von Fritz, The Theory of the Mixed Constitution in Classical Antiquity. A Critical Analysis of Polybius’ Political Ideas, Columbia University Press, New York, 1954.
M. Humbert et D. Kremer, Institutions politiques et sociales de l’Antiquité, Dalloz, Paris, 2014, 11e édition.

Moderne:
Barbey J., Être roi. Le roi et son gouvernement de Clovis à Louis XVI, Paris, Fayard, 1992.
Bercé Y.M., La naissance dramatique de l’absolutisme, 1558-1661, Paris, Seuil, Nouvelle histoire de la France moderne (tous les volumes de la collection sont importants).
Chevalier J-J., Histoire de la pensée politique, Paris, Payot, 1993.
Cornette J., La monarchie entre Renaissance et Révolution, Paris, Seuil, 2000
Descimon R. & Cosandey F., L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Seuil, 2002.
Jouanna A., Le pouvoir absolu. Naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris, Gallimard, 2013.
Viennot E., La France, les femmes et le pouvoir, 2 vol., Paris, Perrin, 2006-2008.
Yardeni M., Enquêtes sur la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champvallon, 2004.



Contrôles des connaissances