Accès direct au contenu

Recherche avancée

Université Toulouse II-Le Mirail


Equipe d'accueil

Centre de Recherches et d'Etudes Germaniques (CREG)

EA 4151

Adresse :
Université de Toulouse - Le Mirail / Maison de la Recherche / 5, allées Antonio-Machado
31058 TOULOUSE Cedex 9
Annuaire de l'équipe
Mél :
jacques.lajarrige@univ-tlse2.fr
Sur Internet :
http://creg.univ-tlse2.fr
Téléphone :
+33 5 61 50 35 53 / 4353 / 259
Télécopie :
+33 5 61 50 40 10
Structure(s) de rattachement :
Université de Toulouse - Le Mirail (UTM)
UFR de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères (LLCE)
Rattachements externes :
Centre d'Études et de recherches sur l'Allemagne - CIERA

Tutelle

Ministère
Logo CREG

Logo CREG

Organisation

Directeur : Jacques Lajarrige

Composition de l'équipe :

  • Membres permanents de l'équipe :
    • Enseignants-chercheurs : 29 enseignants-chercheurs
    • ITA/ITARF : 0
  • Membres associés :
    • 2 membres associés
    • 13 doctorants

Axe(s) de recherche

Thématique générale :
Littérature et civilisation, Langues et civilisations allemandes, Mondes germaniques

Axes du programme de recherche (2010-2014) :

Thème fédérateur :
Cultures dominantes et cultures en marge, contre-cultures dans les pays de langue allemande.
 Ce thème est étudié à travers cinq sous-composantes.

Sous-composantes :

  • Axe "poésie et prose" :
    (Responsables :  Nadia Lapchine, Yves Iehl, Katja Wimmer)
    Cet axe, qui regroupe et croise les réflexions sur ces deux genres littéraires que sont  la prose et le lyrisme, se propose d’étudier, dans la continuité des réflexions théoriques d’Adorno et de Theodor Roszak sur la notion de « culture » conçue au sens large comme affirmation du pouvoir en place, les relations d’opposition qu’entretiennent cultures dominantes et contre-culture dans le champ de la littérature moderne et contemporaine.
    Il s’agira d’étudier l’émergence mais aussi la réception de mouvements contre-culturels dans leur spécificité, et de mettre en évidence les diverses implications, notamment esthétiques et utopiques, d’une conception critique et subversive de la prose et de la poésie inspirée par le rejet des formes littéraires et des valeurs existantes.

     
  • Axe "théâtre et cinéma"
    (Responsables : Hilda Inderwildi, Catherine Mazellier)
    Centré sur les formes d’art modernes et contemporaines, cet axe explore les héritages dramaturgiques et cinématographiques, leurs remises en question et l’invention de nouveaux langages.
    Seront plus précisément envisagés, en 2010-2012, les rapports dialectiques du dominant et du marginal, les pratiques alternatives développées par les arts et la question de la transgression des normes esthétiques ou institutionnelles, les contre-cultures entre émergence, dissidence et intégration, voire basculement vers les cultures dominantes.
    Dans ce cadre sont prévus une journée d’étude (25/11/2011) et un colloque international (1-4 février 2012) autour de Berlin avant et après la chute du Mur, des années 60 à nos jours.
     
  • Axe "civilisation"
    (Responsables : Françoise Knopper, Mechthild Coustillac, Christina Stange-Fayos)
    Cet axe met l’accent sur les processus de réhabilitation des minorités, débouchant sur un enrichissement mutuel et une coopération constructive.
    Au-delà  de démonstrations polémiques manichéennes, il analyse en quoi la représentation de cultures marginales a pu être le relais de revendications collectives, d’incitations à des changements et au renouvellement des valeurs, l’opposition entre majorité et minorité déclenchant une mise en perspective et une libération des contraintes sociales.
    Une des approches privilégiées est politique et traitée en relation avec l’histoire du mouvement ouvrier.

     
  • Axe "histoire culturelle"
    (Responsables : J. Lajarrige, Hélène Leclerc, Dorothée Merchiers)
    À partir de l’espace centre-européen, au centre de nos attentions, les enjeux de l’histoire culturelle ainsi que la détermination de ses territoires ne peuvent découler du caractère strictement national de constructions généalogiques.
    Ils doivent être plutôt pensés en termes de réception, de circulation et d’appropriation de modèles historiographiques au sein de cultures « en contact », ce qui n’exclut nullement des oppositions et des tensions fortes, particulièrement exacerbées à certains moments de l’Histoire entre cultures dominantes et cultures dominées.
    Aussi accordera-t-on une importance particulière aux modalités de circulation et de médiation des représentations collectives propices à l’émergence d’une « histoire sociale des représentations », au sens où l’entend par exemple P. Ory, dans les sociétés concernées.
     
  • Axe "linguistique" 
    (Responsables : Michel Lefèvre, Anna Pfister)
    Langue, normes et usages.
    Les travaux récents en linguistique historique tenant compte de petits corpus de textes d'un rayonnement souvent local ont montré que si les grandes lignes de l'évolution de la langue allemande demeurent avérées, les évolutions dans le détail n'ont pas été linéaires et ne se sont pas toujours orientées aux dialectes et sociolectes dominants.
    De tels travaux tenant compte de corpus de textes en marge des canons dominants montrent que des pans entiers de l'histoire de la langue allemande sont à réécrire. Le constat est transférable sur la grammatographie du standard moderne et des usages et normes variants. 


Publications


Je recherche d'un laboratoire

Je recherche d'un laboratoire