MASTER Mondes anciens | parcours European Master In Classical Cultures (EMCC) - Master européen Europaideia

Informations générales

Niveau de recrutement
Bac + 3
Conditions d'admission
Durée de la formation
2 ans
Lieu(x) de formation
Toulouse
Stages
Accessible en
  • Formation initiale
  • Formation continue


Le parcours "European Master In Classical Cultures (EMCC)" du master "Mondes Anciens" offre une approche obligatoirement transdisciplinaire de l’Antiquité à travers les apports croisés de l’histoire, de l’archéologie, de l’histoire de l’art et des langues et littératures classiques.

Objectifs

Le Le parcours "European Master In Classical Cultures (EMCC)" du master "Mondes Anciens", comme le parcours Sciences de l'Antiquité - SDA, est construit autour de l’acquisition tout au long des deux ans de la formation des compétences méthodologiques et disciplinaires permettant une immersion complète dans le monde de la recherche, qui tient compte des spécificités propres aux Sciences de l’Antiquité (diversité des sources et de la documentation, utilisation des langues anciennes en particulier).

L’objectif de la formation est la production, en fin du M2, d’un travail de recherche original.

Une des originalités de ce parcours est la présentation d’un seul mémoire soutenu en fin de M2 (pour cette raison le semestre 10 est réservé presque exclusivement à sa préparation).
Le mémoire de M2 présente, sous une forme problématisée, les résultats du travail réalisé au cours des deux années.
Celui-ci prend nécessairement appui sur les divers enseignements suivis, en M1 comme en M2, de méthodologie générale d’une part (démarrer une recherche ; maîtriser les grands outils de la recherche documentaire, notamment numériques), d’autre part en langues anciennes (grec et latin pour les partenaires italiens, grec ou latin au choix des étudiants).
Les étudiants qui présentent leur candidature à ce parcours doivent avoir fait plusieurs années de grec et/ou de latin, avoir des bases en anglais et une connaissance niveau B1 dans la langue de l’université partenaire où ils vont étudier pendant un ou deux semestres.

Le parcours EMCC prend appui à Toulouse sur l’offre pédagogique du parcours SDA.

Le volet « enseignement disciplinaire » repose sur une offre désormais resserrée.
Les étudiants doivent suivre tout au long de leur formation des disciplines autres que leur spécialité.
Les UE sont partagées entre enseignements techniques portant sur les différents domaines disciplinaires des Sciences de l’Antiquité (épigraphie, numismatique, archéologie, iconographie, philologie…) et enseignements portant sur les grands enjeux et dossiers actuels de la recherche sur les mondes anciens (p. ex. « Politique et religion » ; « Cité et territoire » ; « Mythe et littérature »…)
Le volet « recherche » de la formation est pensé comme une immersion totale dans le monde de la recherche.
Il s’appuie sur l’assistance et la participation active aux différents séminaires de recherche organisés au sein des laboratoires auxquels la formation est adossée :

  • d’une part TRACES (histoire et archéologie romaines) et deux de ses composantes, RAdHAMANTE et Métal,
  • d’autre part PLH et ses deux composantes, CRATA (histoire et littérature et archéologie grecques) et ERASME (histoire et littérature ancienne, réception de l’Antiquité).
L’organisation d’un séminaire commun aux équipes en S7 (M1) et S9 (M2), obligatoire pour tous les étudiants, permet de toucher de près à l’interdisciplinarité et au nécessaire croisement des sources et des méthodes dans le traitement de grands dossiers historiographiques.
Les étudiants sont en outre encouragés à participer le plus possible aux différentes journées d’études, conférences et autres manifestations scientifiques organisées par les équipes tout au long de l’année, afin de parfaire leur découverte du monde de la recherche et de ses acteurs.

La maquette générale des cours est propre au master européen lui-même. Elle présente une organisation générale originale, obligatoirement pluri-disciplinaire qui suit une logique commune aux 14 universités.
Les cours sont regroupés en domaines fondamentaux, domaines d’approfondissement et domaines d’élargissement. Au retour de la mobilité de l’étudiant, ses notes sont converties en notes locales et un relevé spécifique est établi par le coordinateur toulousain permettant d’obtenir une moyenne commune aux deux universités. La flexibilité est obligatoire pour garantir une double diplômation fidèle aux résultats de l’étudiant dans les deux universités.


Atouts de la formation :

  • candidatures sur dossier : attractives pour des étudiants venant d’autres universités ;
  • transdisciplinarité obligatoire ;
  • un enseignement en langues anciennes obligatoire, demandant un niveau de langue ancienne dès la candidature ;
  • un enseignement dispensé dans la langue du pays de l’université partenaire demandant un niveau B1 minimum dès la candidature ;
  • un stage dans l’université d’accueil (amélioration du niveau en langues notamment dans les stages de fouilles) ;
  • un séminaire international
    • rencontre dans une des universités partenaires d’une durée d’une semaine avec l’ensemble des coordinateurs
    • visites de musées, de sites, conférences,
    • et présentation de l’état de la recherche de chaque étudiant. Cette rencontre de toute la promotion européenne a lieu une fois tous les deux ans.
  • découverte de la recherche, de ses acteurs et de ses spécificités
  • une équipe enseignante plurielle à Toulouse et dans chaque université
  • un encadrement très personnalisé pour chaque étudiant : grâce à l’action des coordinateurs de l’université de départ et de l’université d’accueil. Les étudiants sont très encadrés lors de toutes les étapes de leur formation.

Compétences visées

À l’issue de la formation, outre une autonomie plus grande dans la conduite de leur travail personnel de recherche, les étudiants auront acquis les méthodes et les clefs leur donnant une plus grande maîtrise des concepts et des méthodes propres aux Sciences Humaines mais aussi aux sciences associées, en particulier les Sciences Sociales et des méthodes d’une autre université européenne.

Les compétences visées sont :

  • utiliser les différentes ressources documentaires, notamment celles liées aux nouvelles technologies de l’information ;
  • réaliser des bilans critiques, des analyses et questionner sur un sujet afin de développer une réflexion originale et innovante ;
  • mettre en oeuvre des systèmes de gestion des données, par le développement et l’exploitation de bases de données, la manipulation d’outils statistiques, la pratique de la PAO, de la DAO et, concernant plus particulièrement les archéologues, des systèmes d’information géographique (SIG) ;
  • communiquer dans au moins une langue étrangère moderne (anglais, espagnol, allemand, italien, polonais, turc, grec moderne) ;
  • communiquer dans une langue ancienne, grec et ou latin ;
  • communiquer, à l'écrit et à l'oral, dans une manifestation scientifique, un travail de recherche dans une autre langue en rédigeant un article scientifique ;
  • opérer sur différents terrains : chantiers de fouilles, musées, fonds d’archives ou de bibliothèques afin d'établir et mettre en forme des corpus littéraires, épigraphiques, archéologiques et iconographiques.

Publics

Niveau de recrutement : Bac + 3


Formation(s) requise(s)

Cette formation est ouverte aux titulaires de l'une des licences suivantes ou d'une formation bac+3 équivalente :

Conditions d'admission


Accès en Master 1

  • Vous devez avoir validé un bac + 3 (180 ECTS) et devez déposer une demande d’admission sur l’application eCandidat
  • Pour les étudiant·e·s extra-européen·e·s, la candidature s'effectue sur Études en France.
  • Par validation des acquis professionnels (VA85) ou de l’expérience (VAE) : déposez votre demande auprès du service de la formation continue


Accès en Master 2

  • Les étudiant·e·s de l'Université Toulouse - Jean Jaurès ayant validé la première année de master sont autorisé·e·s à s'inscrire en 2e année du parcours correspondant sur l’application APO.WEB.
  • Pour les étudiant·e·s extra-européen·e·s, la candidature s'effectue sur Études en France.
  • Par validation des acquis professionnels (VA85) ou de l’expérience (VAE) : déposez votre demande auprès du service de la formation continue
  • Dans les autres cas : réorientation, changement d’université, reprise d’études, validation des études supérieures (VES)
    Vous devez avoir validé un bac + 4 (240 ECTS) et devez déposer votre demande d’admission sur l’application eCandidat

Détail des enseignements

Modalités d'évaluation

Année post-bac de sortie
Bac + 5
Niveau de sortie
Niveau 7

Poursuites d'études

Thèse de doctorat, notamment doctorat européen en co-tutelle

Poursuites d'études après réussite aux

  • concours du 1er et du 2° degré
  • concours de recrutement dans la fonction publique

Débouchés professionnels

Secteurs d’activités :

  • recherche (université et CNRS)
  • métiers du Patrimoine
  • musées
  • bibliothèques, librairies, maisons d’édition
  • directions régionales des affaires culturelles
  • enseignement primaire et secondaire
  • administration et gestion de l’archéologie, du patrimoine et de la culture au niveau local, régional ou national
  • administrations publiques, collectivités territoriales
  • services d’études et archives d’une entreprise ou d’un organisme professionnel, cabinet d’étude et de conseil
Métiers à l’issue du diplôme :
  • agent des services de l’archéologie, du patrimoine et de la culture (ingénieur, conservateur)
  • agent à l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP)
  • agent dans les entreprises privées spécialisées en archéologie préventives agrées par le MCC
  • agent de l’Université ou du CNRS (assistant ingénieur, ingénieur d’étude, en archéologie de terrain, en techniques archéométriques)
  • agent des collectivités territoriales (chargé d’opérations, régisseur, assistant régisseur)
  • métiers liés à la médiation culturelle et à la valorisation du patrimoine (guide, animateur, diffusion et vulgarisation de la recherche sur les divers supports médiatiques)
Les enquêtes de l’OVE fournissent des données concernant le devenir des étudiants après l’obtention du Master.
Les différentes promotions sont enquêtées 30 mois après l’obtention du Master (résultats en 2018 : 12 diplômés, 58% de répondants, soit 4 femmes et trois hommes).
La dernière promotion pour laquelle on dispose d’informations est celle de 2016 : 
  • 71% ont poursuivi des études (dont 2 en poursuite d’études en parallèle) ;
  • 43% ont recherché un emploi ;
  • 86% ont occupé un 1er emploi depuis l’obtention du M2.
Sur les trois années après le Master,
  • 60% ont poursuivi en Doctorat ;
  • 40% sont devenus fonctionnaires ;
  • 20% ont obtenu un contrat doctoral ;
  • 40% ont obtenu un CDD.
Source : Observatoire de la Vie Étudiante - Devenir des diplômés 2016 - 30 mois après obtention du Master 2
https://www.univ-tlse2.fr/les-services/le-devenir-des-diplomes-2016-30-mois-apres-l-obtention-du-master-2-ufr-haa-650051.kjsp?RH=services

 

Renseignements

Responsables pédagogiques

Contacts administratifs

Scolarité

Céline NORD-LANNES | celine.nord-lannes@univ-tlse2.fr | 05 61 50 44 06
Élodie CAVAILLÉ | elodie.cavaille@univ-tlse2.fr | Relations internationales


Formation Continue

Annuaire du service de la Formation Continue