MASTER Intervention et développement social | parcours Accompagnement de l’Enfance au Grand Âge & Handicap - Promotion de la Santé & Enjeux Éthiques - Éducation Sexuelle & Identité (AGÂPÉS)

Informations générales

Niveau de recrutement
Bac + 3
Conditions d'admission
Durée de la formation
2 ans
Lieu(x) de formation
Toulouse
Accessible en
  • Formation continue


Se focalisant sur les métiers de la relation, le master AGÂPÉS permet d’appréhender la sexualité à partir d’une approche de santé intégrative et transdisciplinaire, de l’enfance au grand âge, en incluant les expériences de la maladie et les situations de handicap ; et de développer l’innovation en matière d’action sociale et de recherche dans un réseau international.

Objectifs

Se focalisant sur les métiers de la relation, ce parcours prépare à des postes en responsabilité dans les établissements ou services d’intervention sociale et médicosociale, où la vie affective et sexuelle des usager.e.s et/ou de professionnel.le.s constitue un enjeu majeur.

Les métiers de la relation dont il est question ici sont situés à l’interface des politiques publiques, d’une direction générale et gestionnaire, des équipes d’encadrement opérationnel et des usager.e.s. En ce sens, tous les établissements, services et dispositifs du champ social et médicosocial, où la vie affective et sexuelle - à tous les âges et en toutes situations - entre en ligne de compte, constituent les lieux d’investissement professionnels visés.

Ces professionnel.le.s sont amené.e.s à inscrire leurs activités dans les missions d’intérêt général et d’utilité sociale, et à conduire leurs actions dans le respect du cadre règlementaire, en accord avec les exigences éthiques et déontologiques.

Objectif de la formation

Dans le secteur social et médico-social, les métiers de la relation et le développement social exigent de nouveaux modes d'action mettant en synergie différents partenaires, et prenant appui sur des méthodologies innovantes. De telles approches professionnelles requièrent l'acquisition de connaissances solides dans le champ des SHS, de nouveaux savoir-faire et de nouvelles compétences tant en termes de direction, d’évaluation, de coordination et d'expertise qu’en termes de gestion et de management, mais aussi de conduite de projets participatifs, de formation et d’éducation.

La professionnalisation occupe une place centrale au sein de cette dynamique.
Cette centralité se réalise à un double niveau.

Au plan pédagogique, il s’agit d’une formation par la recherche-action qui développe une réflexivité critique par la maîtrise progressive des connaissances générales et appliquées, nécessaires à la construction de trajectoires professionnelles. Le caractère éminemment dynamique de ces trajectoires incite les acteur·rice·s en activité à s’adapter à des environnements professionnels mouvants, confrontés à de profonds changements : réformes, rénovations, contraintes budgétaires, mutations de la demande sociale etc.
Mais la professionnalisation se réalise également par l’opportunité donnée aux masterien·ne·s de construire des réseaux professionnels et de tisser de partenariats par l’intermédiaire des stages, de l’observation et de la recherche.
In fine, la réflexivité est soutenue par le développement des facultés d’analyse du social et de la santé, transférables dans diverses fonctions et champs professionnels : direction d’établissement, de services, de dispositifs ; mission, d’étude et de recherche pour le compte de collectivités territoriales, de services de l’état, d’associations et d’ONG européennes ou internationales, conseil ou médiation familial ou conjugal, responsable projet d’action participative, conception et mise en oeuvre de politiques publiques dans le secteur médico-social et de santé.

Mais les métiers de la relation et le développement social appellent aussi à l’identification de potentielles opportunités de collaboration avec les instances gouvernementales, les institutions et la société civile, afin de mettre en place des programmes d’action efficients, en accord avec les préoccupations des publics cibles. In fine, la création de pôles d’innovation ou des centres de référence - dans le but de promouvoir la santé en général et l’épanouissement dans la vie affective et sexuelle en particulier -, est ici médiatisée par des missions visant à favoriser la santé et le bien-être, et par là même le développement social, des individus, des couples et des familles.

En accord avec les Objectifs du Développement Durable 2030, les objectifs principaux de la formation se déclinent ainsi : la protection des enfants et des femmes vis-à-vis des violences, l’égalité hommes-femmes - et notamment l’autonomisation de toutes les femmes et jeunes filles -, la lutte contre les exclusions et les pratiques discriminatoires de plus démuni.e.s de nos concitoyen.ne.s, la promotion de l'égalité d'accès aux soins, à la justice et l’éducation de qualité dans des conditions d’équité, tout au long de la vie, pour toutes et pour tous.

La mobilisation des outils numériques innovants fait partie intégrante du projet, à la fois, pour soutenir la coordination des partenariats internationaux, consolider les compétences des professionnel.le.s et favoriser la participation des citoyen.ne.s dans les domaines visés.

Atouts de la formation

La formation vient combler deux manques majeurs du secteur de l’intervention sociale et sanitaire, ce que traduit sa double ligne de force :
  • la première permet d’appréhender la sexualité à partir d’une approche de santé intégrative et transdisciplinaire, de l’enfance au grand âge, en incluant les expériences de la maladie et les situations de handicap ;
  • la deuxième favorise le développement de l’innovation et de la recherche dans un réseau européen et international.

Tant d’un point de vue scientifique que méthodologique, les savoirs requis pour exercer les métiers de la relation mobilisent les SHS et ouvrent à une approche croisée où l’anthropologie, la philosophie, le droit, les sciences de la communication, la géographie, l’histoire, la médecine rencontrent la sociologie.

La formation est étroitement liée aux travaux de recherche développés dans le ‘Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires’ (LISST) et notamment l’Axe « Parcours de vie et Inégalités : GESTES (GEnre, Santé, TErritoire et RelationS) » - dont A. Meidani, MCF en Sociologie, responsable de la mention IDS et du parcours AGÂPÉS -, assume la coordination aux côtés de ses collègues, Professeures en Psychologie et Géographie.

Le programme de formation vise alors l’acquisition de compétences complémentaires sur le plan professionnel, mobilisant des approches transdisciplinaires, ainsi que la collaboration avec des milieux professionnels variés.

Compétences visées

Cette formation s'articule autour trois blocs de compétences, afin d’offrir des parcours de professionnalisation progressifs et personnalisés.

Blocs de compétences :

  • Diriger, coordonner, manager de services et de projets, intervenir et développer l’action sociale
  • Étudier, rechercher, diagnostiquer, évaluer
  • Accompagner, éduquer, concevoir et piloter des dispositifs de participation sociale

Publics

Niveau de recrutement : Bac + 3


Formation(s) requise(s)

Le parcours s’adresse à :

  • tou·te·s professionnel·le·s en situation d’accompagnement (éducat·eurs·rices, enseignant·e·s, infirmier·e·s (de pratiques avancées), médecins scolaires, gériatres, médecins généralistes, conseiller·e·s conjugaux·les, psychologues, psychothérapeutes, psychomotricien·ne·s, personnels des centres de planning familial, sages-femmes, ergonomes, ergothérapeutes, kinésithérapeutes, assistant·e·s et travailleur·euse·s sociaux·les, coachs, puériculteur·rice·s, pharmacien·ne·s, autres personnels paramédicaux,…), souhaitant acquérir des supports et des outils permettant un travail d’éducation en matière de santé et de sexualité pour tous publics.
  • directeur.ice.s, coordinateur.ice.s de programmes ou d’équipes, intervenant·e·s dans des établissements ((inter)nationaux, régionaux, départementaux, locaux) sur des missions en lien avec les problématiques abordées dans la formation.

Inscription

2nde session de candidature pour le master 2 : du 5 au 25 juin 2021

Année post-bac de sortie
Bac + 5
Niveau de sortie
Niveau 7

Poursuites d'études

Il est à noter que la poursuite d’études, en doctorat, représente pour ces diplômé·e·s une vraie perspective d’évolution : 20 % d’entre eux.elles s’inscrivent en thèse

Débouchés professionnels

Secteurs d’activités
Métiers de direction et de conseil dans les politiques de santé et de sexualité (santé sexuelle et reproductive, genre et identité sexuelle, violences et discriminations) dans les champs de l’enfance, du grand âge et/ou du handicap. Métiers de l’accompagnement, de la médiation, de l’éducation et du conseil en santé et en sexualité. Métiers de l’encadrement et de coordination des maisons de santé pluri-professionnelles, des CPTS (Communautés professionnelles territoriales de santé) ou PTA (Plateformes territoriales d'appui).

Métiers visés
Cadre de direction des établissements médico-éducatifs ou socio-sanitaire ; Responsable de projets sociaux (inter)nationaux ; Coordinateur·rice ou chargé·e de mission de projets de santé publique ; Responsable de planning familial ; Référent·e des politiques en matière de santé, de handicap, de sexualité - de l’enfance au grand âge ; Médiateur·rice ou Conseillèr.e conjugal.e et familial.e en santé et sexualité.
 

Responsables pédagogiques

Anita MEIDANI | ameidani@univ-tlse2.fr

Contacts formation continue

Vanessa CARRION | Secteur formations diplômantes et qualifiantes | formationsdiplomantes@univ-tlse2.fr | 05 61 50 42 29